La ministre Lise Thériault songe à rendre obligatoire l’inspection d’une propriété qu’un acheteur voudrait acquérir en contrepartie de quoi, cependant, ce secteur d’activité devrait être sérieusement encadré.

Achat d'une propriété: Lise Thériault songe à rendre l’inspection obligatoire

La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Lise Thériault, songe à rendre obligatoire l’inspection d’une propriété qu’un acheteur voudrait acquérir en contrepartie de quoi, cependant, ce secteur d’activité devrait être sérieusement encadré.

«Oui, il faut faire quelque chose. Oui, il faut mieux l’encadrer. Oui, il faudrait même la mettre obligatoire» cette inspection, a confié la ministre Lise Thériault, interrogée mardi sur ce sujet après une sortie du Parti québécois (PQ) sur les inspecteurs en bâtiment.

«Il faut protéger l’investissement des acheteurs d’une maison», qui peut s’élever à plusieurs centaines de milliers de dollars, a commenté la ministre.

Les propositions qu’elle a à l’esprit figureront dans un projet de loi omnibus portant sur l’habitation — «omnibus», c’est-à-dire qu’il touchera à plusieurs volets différents.

Compte tenu du calendrier parlementaire et du menu législatif, il est toutefois peu probable que cette future pièce législative soit adoptée d’ici la fin de la présente session — et donc, d’ici la fin du mandat du gouvernement de Philippe Couillard.

Rien ne pourra se faire sans un long travail parlementaire, puisque des normes devront un jour être instaurées si l’inspection devait effectivement devenir obligatoire pour les acheteurs de maison.

Avant que les propositions auxquelles songe Mme Thériault figurent bel et bien dans son projet de loi omnibus, il faudra encore qu’elles soient avalisées par différents comités gouvernementaux.

Le PQ aussi

Quelques heures plus tôt, le PQ avait pressé la ministre d’agir. Il n’a pas lui-même évoqué la possibilité de rendre l’inspection obligatoire, mais a promis d’encadrer la profession d’inspecteurs en bâtiment s’il est porté au pouvoir.

Le député Guy Leclair a déploré qu’elle soit accessible «avec peu ou pas du tout de compétence».

Il faut «encadrer les inspecteurs en bâtiment» comme ont décidé de le faire la Colombie-Britannique et l’Alberta et comme entend le faire l’Ontario, a déclaré M. Leclair.

Il a fait valoir que les «futurs propriétaires ont besoin de garanties lorsqu’ils font inspecter leur nouvelle résidence».

Le PQ dit constater que «n’importe qui peut se prétendre inspecteur en bâtiment» et que les «risques de se faire flouer sont bien réels, autant pour les acheteurs que pour les vendeurs».

Guy Leclair estime qu’il est prématuré de dire si cet encadrement devrait passer par la création d’un ordre professionnel.

Chose certaine, on ne peut plus se contenter des inspections visuelles sommaires qui sont faites trop souvent, a-t-il dit.