La scène de l'accident, en photo. Dix jeunes joueurs de l’équipe ont péri lors de l’incident.

Accusations portées à la suite de la tragédie de Humboldt

REGINA — Le chauffeur du camion qui était entré en collision avec l’autocar transportant l’équipe de hockey junior de Humboldt, en Saskatchewan il y a trois mois, fait maintenant face à 29 chefs d’accusations criminelles.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a annoncé vendredi que Jaskirat Singh Sidhu, âgé de 29 ans, avait été arrêté en matinée à son domicile de Calgary. Il fait face à 16 chefs d’accusation de conduite dangereuse ayant causé la mort, et à 13 chefs de conduite dangereuse ayant causé des lésions corporelles. Il demeure incarcéré jusqu’à sa comparution en Cour provinciale de la Saskatchewan la semaine prochaine.

Les Broncos de Humboldt étaient en route vers un match éliminatoire à Nipawin lorsque leur autocar est entré en collision avec un camion semi-remorque qui transportait de la mousse de tourbe à un croisement d’une route de la Saskatchewan, le 6 avril dernier, en fin d’après-midi. L’accident avait fait 16 morts, dont 10 joueurs, et 13 blessés - tous des joueurs - parmi les occupants de l’autocar.

Le chauffeur du semi-remorque n’avait pas été blessé dans la collision. Il avait été interrogé après l’accident, mais il avait été libéré le soir même.

La GRC n’a pas voulu dévoiler des détails de son enquête ou des circonstances de l’accident. Le surintendant Derek Williams a tout de même indiqué vendredi que l’enquête exhaustive avait impliqué 60 enquêteurs, qui ont interrogé une soixantaine de témoins et utilisé la technologie 3D pour déterminer les circonstances de la tragédie.

«Pour porter de telles accusations, nous devons recueillir des preuves démontrant que le véhicule avait été utilisé d’une manière dangereuse pour le public, a-t-il dit. Nous avons examiné tous les aspects de la collision, y compris la vitesse des véhicules, leur position, le point d’impact, les facultés des chauffeurs, les conditions routières et météorologiques, et les témoignages. Chaque élément d’information a été soigneusement examiné.»

Chacun des 16 chefs d’accusation de conduite dangereuse causant la mort est passible d’une peine maximale de 14 ans d’emprisonnement; les 13 chefs d’accusation de conduite dangereuse causant des lésions corporelles pourraient ajouter 10 ans de prison chacun.

Tom Straschnitzki, dont le fils Ryan est maintenant paralysé à partir de la poitrine, à la suite de l’accident, s’est dit soulagé par le dépôt des accusations. «Nous ne voulons pas que cela tombe dans l’oubli, a-t-il déclaré à La Presse canadienne. Ça devrait clore un chapitre; attendons de voir ce que fera le tribunal, et de découvrir ce qui s’est passé exactement.

«Je pense que c’est ce que les gens souhaitent: savoir qu’est-ce qui s’est exactement passé, comment ça s’est passé et pourquoi c’est arrivé», a soutenu le père du garçon.

Sukhmander Singh, propriétaire de la compagnie de camionnage Adesh Deol, de Calgary, déclarait en avril que le chauffeur, sous le choc, consultait un médecin et recevait un soutien psychologique. M. Singh soutenait aussi que son entreprise était pratiquement en faillite depuis que le ministère des Transports de l’Alberta l’empêchait de faire rouler son seul autre camion.

La GRC a indiqué le 19 avril qu’elle avait récupéré les carnets de route du chauffeur ainsi que les modules de commande du moteur du camion, qui ont été envoyés en Californie pour une analyse plus poussée.

La tragédie avait suscité une vague de sympathie partout au Canada et dans le monde, avec des dons en argent et d’autres formes de soutien pour les victimes et les familles. Une campagne de sociofinancement a permis d’amasser un peu plus de 15 millions $ pour les survivants et les familles des victimes.

Dans un communiqué, les Broncos de Humboldt affirment vendredi que l’organisation a confiance dans le système judiciaire. «Notre objectif principal reste de soutenir les survivants, les familles et les autres personnes directement touchées par la tragédie du 6 avril», indique-t-on.