Les dommages causés à l’abribus sont importants. Des vitres et un panneau publicitaire ont été endommagés, deux poutres ont été pliées sous la force de l’impact et la structure est un peu affaissée.

Abribus amoché, suspect recherché

La police de Québec enquête pour retrouver un suspect qui aurait pris la fuite dans le quartier Montcalm après avoir happé un abribus de «nouvelle génération». Le Réseau de transport de la capitale (RTC) espère acheminer la facture au fuyard.

Le 1er mai, vers 3h30, des patrouilleurs se sont rendus au coin du boulevard René-Lévesque et de l’avenue des Érables. Une voiture venait de foncer dans un abribus double du RTC. Mais le véhicule — et celui qui tenait le volant — avaient disparu. 

Peu de temps après, les policiers ont retrouvé dans une des rues voisines la voiture qui correspondait à la description reçue. Il n’y avait toujours personne à bord. 

«Le conducteur aurait pris la fuite», indique Cyndi Paré, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). 

Deux semaines plus tard, le SPVQ n’a pas fait d’arrestation. «Le conducteur suspect n’a toujours pas été localisé à l’heure actuelle», dit Mme Paré. L’enquête se poursuit.

Les dommages causés à l’abribus sont importants. Des vitres et un panneau publicitaire ont été endommagés, deux poutres ont été pliées sous la force de l’impact et la structure est un peu affaissée. 

Lors du passage du Soleil, un ruban jaune qui dit «danger» entourait l’abribus. Les usagers du RTC doivent attendre un peu plus loin sur René-Lévesque, mais la station des Érables continue à être desservie. 

Facture salée?

La porte-parole du RTC, Brigitte Lemay, confirme que l’abribus «a été endommagé à cause d’un accident de voiture». 

Le RTC n’était pas en mesure, mardi, d’estimer le coût des dommages. Et il ne sait pas encore s’il devra réparer ou remplacer l’abribus installé en 2017 ni quand il le fera. 

La facture du délit de fuite pourrait être salée si la deuxième option est retenue. «Les coûts de remplacement d’un abribus double de ce type sont environ de 18 000 $», précise Mme Lemay. 

«Idéalement, la facture sera acheminée à la personne ayant commis l’accident», souligne la porte-parole.

Le RTC est assuré pour ses abribus, «mais n’entend pas faire de réclamation en ce sens que les coûts seront plus bas que la franchise», indique Brigitte Lemay.

L’abribus de la station des Érables n’est pas une des stations tempérées dont la facture — jusqu’à 810 841 $ pour celle au coin de la 1re Avenue et de la 41e Rue Ouest — a fait bondir Québec 21 l’an dernier.

C’est un abribus de «nouvelle génération» au design renouvelé. Il est équipé des bornes d’information en temps réel, éclairé le soir, couvert d’un toit vitré et aménagé pour faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite. 

En 2015, le RTC a investi près de 5 millions $ sur cinq ans (remboursé à 75 % par le ministère des Transports du Québec) pour l’ajout d’environ 250 abribus de nouvelle génération comme celui de la station des Érables.