Les citoyens d'Ottawa ne se gênent pas non plus pour signaler la présence de nids-de-poule. Le département des travaux publics a reçu 6574 appels à cet effet au cours des cinq premiers mois de l'année 2014.

À la recherche des pires routes du Québec

À l'approche du beau temps, CAA-Québec lance un concours qui fera sourire en coin les automobilistes... au lieu de les faire rager. Le club automobile est à la recherche des 10 pires routes du Québec et demande aux internautes de l'aider.
Depuis mercredi, les citoyens peuvent faire entendre leur voix sur le site piresroutes-caaquebec.com. Ils peuvent soit inscrire une route de leur voisinage en publiant une photo et une courte description, soit voter pour les routes qui sont déjà inscrites.
Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques au CAA, soutient qu'une «pire route», c'est beaucoup plus qu'un nid-de-poule. «C'est une chaussée qui est si lourdement endommagée qu'elle peut causer des bris aux véhicules et même nuire à une circulation sécuritaire.»
Les internautes ont déjà commencé à s'activer. Mercredi après-midi, la route qui trônait tout en haut du palmarès en est une de la région de Québec, soit le chemin Traverse de Laval, entre Lac-Beauport et Sainte-Brigitte-de-Laval. Mais tout pourrait changer, car les citoyens ont jusqu'au 24 mai pour voter.
Par la suite, CAA promet de faire le suivi. Elle sensibilisera les autorités locales et provinciales sur l'état des routes qui auront fait le top 10. Elle informera ensuite les citoyens, sur le web et sur les médias sociaux, des améliorations - éventuelles - qui seront faites sur ces tronçons.
CAA-Québec emprunte cette idée de palmarès à d'autres clubs canadiens, notamment celui de l'Ontario, qui dressent depuis quelques années de telles listes. Baptisées Worst Roads, ces campagnes ont permis de recueillir des milliers de votes et d'attirer l'attention des autorités, selon CAA.