Moisson-Québec a augmenté du tiers sa capacité de stockage. L'organisme a équipé son nouvel entrepôt de 7600 pieds carrés de chambres froides et de congélation, d'une chambre de tri et il a acheté un camion réfrigéré de 28 pieds pour faire la tournée des supermarchés.

840 tonnes de nourriture sauvées des ordures

Des centaines de tonnes de denrées alimentaires en tout genre prendront annuellement le chemin de l'entrepôt de Moisson-Québec plutôt que celui des sites d'enfouissement grâce à une aide financière de 350 000 $.
«C'est vraiment majeur.» La direction générale de Moisson-Québec, Élaine Côté, était tout sourire lundi lors de l'annonce de la subvention de Recyc-Québec dans le cadre de son programme de récupération en supermarché.
«On pense récupérer autour de 840 000 kilos en qualité, en variété et en protéine, puisque 40 % seront des viandes. Ces denrées vont nous permettre d'assurer une meilleure sécurité alimentaire dans la région de Québec tout en diminuant le gaspillage alimentaire», explique la directrice.
Moisson-Québec reçoit annuellement 2,8 millions de kilos de nourriture. L'argent permet donc d'augmenter du tiers sa capacité de stockage. L'argent a permis d'équiper son nouvel entrepôt de 7600 pieds carrés de chambres froides et de congélation et d'une chambre de tri et d'acheter un camion réfrigéré de 28 pieds pour faire la tournée des supermarchés. L'organisme possède un autre entrepôt de 14 000 pieds carrés.
«On avait de moins en moins de denrées et de plus en plus de gens dans le besoin», souligne Mme Côté, ajoutant que Moisson-Québec répond chaque mois aux besoins alimentaires de 38 000 personnes dans la région de la Capitale-Nationale à travers un réseau de 128 organismes locaux. Le programme assurera une certaine stabilité, notamment pendant les périodes de l'année où la générosité du public est moins sollicitée dans les médias et tend à s'effriter.
Projet pilote
Un projet pilote mené au cours des 18 derniers mois a permis de convaincre Moisson-Québec de la viabilité du programme de récupération dans la région. Les sept détaillants participants ont fourni chacun 21 000 kilos de denrées. Pour chaque dollar investi, Mme Côté estime retourner 18 $ sur les tables des familles qui font appel aux banques alimentaires. «C'est vraiment ce qui a fait en sorte qu'on a dit: "Go, oui, on y va."» À terme, c'est une quarantaine de supermarchés des trois grandes bannières qui participeront au programme. On en compte actuellement une quinzaine pour le démarrage officiel.
Le député de Charlesbourg et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, a félicité l'initiative. «Moisson-Québec est déjà très bien organisé et il y a une bonne collaboration avec les distributeurs. Il fallait trouver un endroit comme ici [le nouvel entrepôt] et acheter l'équipement nécessaire», rappelle-t-il, en lien avec la pertinence de la subvention accordée par son gouvernement.
Le député de Jean-Talon et ministre de la Famille, Sébastien Proulx, souligne qu'il faut penser aux gens dans le besoin malgré les bonnes performances économiques de la région de Québec. «38 000 personnes qui, mensuellement, utilisent Moisson-Québec, c'est important. Il y a un espace pour la solidarité, pour les groupes communautaires, pour ce type de mission», conclut-il.