En tout, une quarantaine de chercheurs et une quarantaine d’étudiants à la maîtrise et au doctorat évolueront désormais sur cette ferme de 280 hectares.

4,7 M$ pour la ferme expérimentale de Saint-Augustin

La recherche en agriculture sera dorénavant concentrée à un seul endroit dans la région de Québec, soit sur la ferme expérimentale de l’Université Laval à Saint-Augustin, dont les installations viennent d’être rafraîchies au coût de 4,7 millions $.

C’est le gouvernement du Canada qui a payé la facture, en échange de quoi l’Université Laval a accepté d’accueillir ses chercheurs chez elle pour 25 ans. «Pour nous, c’est un rêve qui se réalise, de réunir dans un même endroit physique les chercheurs qui travaillent déjà en collaboration depuis plusieurs années», explique Jean-Claude Dufour, doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval.

Environ une quinzaine de chercheurs du gouvernement fédéral ont déménagé leurs bureaux et leurs projets au cours de l’été, passant de la ferme Chapais de Lévis à Saint-Augustin. En tout, une quarantaine de chercheurs et une quarantaine d’étudiants à la maîtrise et au doctorat évolueront désormais sur cette ferme de 280 hectares.

Trois nouveaux bâtiments ont été construits, dont un mégadôme pour la machinerie et une salle de séchage et de nettoyage des grains. Les chercheurs d’Agriculture et agroalimentaire Canada sont spécialisés dans les plantes fourragères et la composition des sols, tandis que ceux de l’Université Laval se spécialisent dans les grandes cultures, comme le maïs ou le soya.

Travaillant auparavant sur quelques terres éparpillées sur la Rive-Sud de Québec, Agriculture et agroalimentaire Canada avait l’ambition de «s’établir à long terme pour être capable de faire des choses plus grandes», explique le sous-ministre adjoint Gilles Saindon. «On est en train de créer un pôle unique au Canada», s’est pour sa part réjoui M. Dufour, qui soutient que sans l’apport financier du gouvernement fédéral, l’Université Laval n’aurait pas eu les moyens de redonner ses lettres de noblesse à cette ferme.

La plupart des recherches effectuées visent à développer des produits agricoles plus sains, et des pratiques agricoles durables, sans pesticides ou autres produits chimiques.