Mission 100 tonnes s’est donné comme objectif de retirer 100 tonnes de déchets des cours d’eau de la planète, en commençant par le fleuve Saint-Laurent.

391 livres de déchets vidés du ruisseau Dupuis à Sainte-Marie-de-Beauce

Quelque 391 livres de déchets ont été retirés du ruisseau Dupuis à Sainte-Marie-de-Beauce, samedi dernier, lors d’une corvée de nettoyage organisée conjointement par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) et la Mission 100 tonnes.

Une vingtaine de personnes ont sillonné le cours d’eau et ses rivages. Pendant près de 3 heures, ils ont remonté le ruisseau à deux ou trois reprises, pour trouver de nouveaux déchets chaque fois.

Les sacs de plastique et les emballages y étaient abondants. «Le plastique est ce qui pèse le moins. Il se glisse facilement sous les roches et dans les racines», fait valoir Émilie Sirois du Comité de bassin de la rivière Chaudière. Une plaque d’immatriculation, un toutou et un châssis d’auto ont également été extraits. 

Un citoyen qui ne pouvait participer à l’activité est revenu en fin d’après-midi avec 3 chaudières pleines de rebuts ramassés sur sa propriété riveraine. Lors de la corvée de nettoyage, Jimmy Vigneux, cofondateur de la Mission 100 tonnes, a rappelé l’importance de protéger les cours d’eau en retirant un déchet à la fois.

«Un déchet à la fois»

Chaque année, vers les mois de mai ou juin, le COBARIC organise une opération de nettoyage de la rivière Chaudière en kayaks et en canots. Quelques tronçons de kilomètres sont alors assainis. 

M. Vigneux a cofondé la Mission 100 tonnes, en collaboration avec le Mouvement des Artisans du changement. Avec l’écologiste spécialiste des mammifères marins et du fonctionnement des écosystèmes, Lyne Morissette, il s’est donné comme mandat de retirer 100 tonnes de déchets des cours d’eau de la planète, en commençant par le fleuve Saint-Laurent.

Jusqu’à présent, 44 tonnes ont été amassées dans le cadre de la mission. 

L’organisation entreprenait sa première tournée québécoise, cet été. 

Environ 8 millions de tonnes de plastique aboutissent dans les océans tous les ans.