La cathédrale de Rimouski, construite en 1854, est une des cathédrales les plus âgées de la province.
La cathédrale de Rimouski, construite en 1854, est une des cathédrales les plus âgées de la province.

350 000$ nécessaires pour rouvrir la cathédrale de Rimouski «fermée inutilement»

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Il faudrait 2,3 millions de dollars pour remettre la cathédrale de Rimouski en bon état, selon un carnet de santé du bâtiment réalisé pour la Fabrique Saint-Germain. La cathédrale pourrait même rouvrir ses portes de façon permanente moyennant une première phase de travaux d’urgence de 350 000 $.

Dans son carnet de santé, l’ingénieur Marcel Leblanc considère que «rien ne justifiait» la fermeture de la cathédrale de Rimouski.

«La fermeture des lieux depuis six ans fut inutile», croit M. Leblanc. Lors de la fermeture du lieu de culte, en 2014, «deux mois auraient suffi» pour réaliser les travaux nécessaires pour stopper la détérioration du bâtiment et permettre la réouverture du lieu de culte. «La cathédrale de Rimouski n’est nullement menacée de s’effondrer et elle demeure toujours un immeuble patrimonial de grande valeur», note le président de la Fabrique, Jean-Charles Levasseur.

Inaccessible depuis plus de cinq ans, la cathédrale de Rimouski a fait couler beaucoup d’encre. Aux prises dans une véritable guerre de clochers entre les autorités religieuses de l’archevêché de Rimouski et les marguilliers de la Fabrique Saint-Germain, la cathédrale continue de se détériorer au fil des saisons.

Les marguilliers souhaitent que le bâtiment conserve sa vocation religieuse entière alors que l’archevêque de Rimouski, Mgr Denis Grondin, préférerait la voir transformée en centre pour la communauté pouvant accueillir bureaux, concerts et organismes tout en conservant un espace réservé au culte.

Des travaux moins dispendieux

Selon le rapport de l’ingénieur de Québec, Marcel Leblanc, la cathédrale pourrait être remise en bon état au coût d’environ 2,3 millions de dollars. Le dernier carnet de santé, datant de 2014, estimait que près de 5 millions de dollars de travaux étaient nécessaires pour rendre la cathédrale sécuritaire.

M. Leblanc, qui est spécialisé dans les structures et fondations des bâtiments, rapporte que les différences entre les deux estimations sont principalement dues au retrait de certaines interventions jugées inutiles ou très peu urgentes.

L’ingénieur propose notamment de ne pas faire le curetage des joints des pierres de l’église, intervention incluse dans l’ancien plan de réfection du bâtiment. «C’est inutile. Les joints sont vieux, mais ils sont en très bon état, explique-t-il. On est très très loin d’une église en fin de vie.» La nouvelle analyse revoit aussi à la baisse certains montants réservés aux imprévus et aux honoraires. «On a aussi économisé en priorisant des façons de faire moins coûteuses», note l’ingénieur.

Afin de pouvoir rouvrir la cathédrale de façon permanente, M. Leblanc estime que des travaux d’urgence de 350 000 $ sont nécessaires. Avant de pouvoir accueillir des fidèles, il faudra faire quelques travaux sur le châssis du bâtiment ainsi que procéder au nettoyage de l'entretoit où il y a «une quantité très importante de fiente de pigeon».

La cathédrale de Rimouski, construite en 1854, est une des cathédrales les plus âgées de la province.