Les 2,5 millions $ attribués par le gouvernement Couillard sont pour l’année financière 2017-2018 terminée le 31 mars. La subvention doit être répétée pendant trois ans pour un total de 10 millions $.

2,5 millions $ pour baisser la facture de taxes de l’aéroport de Québec

Le gouvernement Couillard remet 2,5 millions $ à l’aéroport de Québec pour «l’appuyer dans son rôle stratégique dans le développement de la capitale nationale». C’est une façon de compenser des taxes municipales plus élevées qu’ailleurs au Canada.

Les 2,5 millions $ sont attribués pour l’année financière 2017-2018 terminée le 31 mars. La décision a été entérinée par le conseil des ministres le 21 mars, comme plusieurs autres subventions qui font des heureux partout au Québec. La liste a été rendue publique mercredi dans la Gazette officielle.

«Ça va ramener les taxes foncières à un niveau plus raisonnable» et comparable à la moyenne canadienne, a commenté le directeur des communications de l’aéroport international Jean-Lesage. Mathieu Claise a précisé qu’en vertu de l’accord intervenu dans les dernières semaines, la subvention doit être répétée pendant trois ans pour un total de 10 millions $. 

Il faut remonter à l’Entente sur les engagements du gouvernement et la Ville de Québec pour la reconnaissance du statut particulier de la capitale nationale, signée en 2016, pour comprendre. Dans ce document, le provincial a reconnu «le rôle stratégique» joué par l’aéroport international Jean-Lesage de Québec. 

Pour le président et chef de la direction Gaëtan Gagné, c’était l’espoir de faire baisser les paiements en remplacement d’impôts (PERI), l’équivalent des taxes municipales en langage citoyen. Celui-ci demandait depuis plusieurs années pour que son dû soit calculé en fonction du nombre de passagers qui transitent par l’aéroport plutôt que de l’évaluation foncière. C’est la formule usuelle dans le reste du Canada, où la facture de taxes est en moyenne deux fois et demie moins élevée qu’à Québec.

Le maire opposé

En 2017, l’aéroport de Québec a payé 3,8 millions $ en guise de taxes au gouvernement fédéral, qui a ensuite remboursé la Ville de Québec. La subvention ramène la facture à 1,3 million $. Une hausse est à prévoir dans le futur puisque la superficie de la nouvelle aérogare, récemment inaugurée, a doublé. Le centre de prédédouanement américain doit aussi s’ajouter d’ici 2020. 

Le maire Régis Labeaume s’est toujours opposé à l’idée de réduire la facture de taxes de l’aéroport et l’a rappelé à M. Gagné encore récemment. «Il n’est pas question qu’on baisse les taxes de l’aéroport, il faut qu’il paie comme toutes les organisations à Québec. Alors le gouvernement devrait rembourser, mais nous on veut avoir les mêmes taxes», disait-il.