24,3 millions $ pour les radiocommunications à Québec

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le comité exécutif de la Ville de Québec a autorisé un contrat de 24,3 millions $ pour l’installation ainsi que les frais d’exploitation et d’entretien de son nouveau réseau de radiocommunication jusqu’en 2026.

Les services d’urgence, policiers et pompiers, et les travaux publics utilisent un système de radiocommunication installé dans les années 80. Il était temps de changer, explique David O’Brien, du service des communications de la Ville. 

«L’ancien fournisseur, Harris, nous avait avisés qu’il n’y avait plus de services ni aucune mise à jour. Nous devions absolument migrer vers un nouveau système.»

Le contrat octroyé à Bell Mobilité prévoit la reconfiguration entière du réseau. Le volet immobilisations s’élève à 14,6 millions $. Notamment, il faut changer les équipements dans les bâtiments au pied des antennes. Cependant, le contrat ne prévoit pas l’achat des radios portables et des terminaux dans les véhicules, souligne M. O’Brien.

Les quelque 10 autres millions $ serviront aux frais d’exploitation (baux et licences) et à l’entretien du réseau jusqu’en 2026. «C’est, grosso modo, les mêmes coûts que l’ancien réseau», souligne le porte-parole.

Le contrat couvrira aussi les besoins en radiocommunication du Réseau de transport de la capitale et ceux du service de sécurité de l’Université Laval. Ils débourseront respectivement 1,67 million $ et 292 000 $.

Le contrat pourrait être prolongé de 7 ans pour 14,7 millions $. Les travaux débuteront en 2018.