L'opticien Serge Poulin, qui montre une main artificielle, dirige le groupe de 24 personnes en route vers le Togo.

24 Québécois en mission humanitaire au Togo

C'est dans l'effervescence la plus totale qu'un groupe de 24 personnes a quitté Québec vendredi pour une mission humanitaire à Dapaong au Togo. Au menu : examens de la vue, chirurgies de la cataracte et autres soins de santé, mais aussi dons de lunettes, de fauteuils roulants et de mains artificielles. Et surtout, un immense désir de partage.
C'est sous le double chapeau du Rotary international et de Terre sans frontières que se tient cette mission de cinq jours. Un conteneur transportant une salle de chirurgie mobile et une bonne part du matériel est déjà arrivé. Le groupe dirigé par l'opticien Serge Poulin sera sur place pour se mettre au boulot dès demain.
Si Serge Poulin en est à sa 15e mission («les missions humanitaires, on aime ou on n'aime pas!»), d'autres en sont à leur première expérience : l'ophtalmologiste Claude Boulanger, l'anesthésiste Myriam Paul, l'infirmière Martine Genest, le président du Club Rotary de Sainte-Foy Jacques Bossinotte et d'autres. Certains nerveux, d'autres moins.
«À 63 ans, ça me fait sortir de mes pantoufles pas à peu près», dit Jacques Bossinotte, qui ne cache pas une certaine crainte, mais se dit rassuré par l'expérience du chef de mission.
L'équipe comprend deux ophtalmologistes, quatre optométristes et trois opticiens de diverses régions, un chirurgien, une anesthésiste, une généraliste, une infirmière et une interniste travaillant tous au CSSS Maria-Chapdelaine à Dolbeau, ainsi qu'un représentant de Terre sans frontières et une dizaine de membres du Club Rotary aux formations diverses qui travailleront notamment aux examens de la vue.
Tous sont bénévoles et paient eux-mêmes leur voyage en prenant leurs vacances régulières. Et visiblement, ils le font avec grand bonheur!
Le programme de travail est bien établi et inclut principalement l'optométrie et les chirurgies de la cataracte et, dans un tout autre ordre d'idées, les chirurgies d'hydrocèle.
Au Togo, l'hydrocèle est causée par un parasite transmis par une mouche. Ce trouble consiste en un épanchement d'eau dans le scrotum qui peut devenir aussi gros qu'un melon d'eau. «Ça peut survenir ici pour d'autres raisons, mais on ne laisse pas ça devenir aussi gros», explique l'anesthésiste Myriam Paul.
Lunettes et mains artificielles
Dans sa valise, l'opticien Serge Poulin transporte pas moins de 4500 paires de lunettes données par ses clients ou amassées par des religieuses. Toutes ont été réparées, ajustées et étiquetées en fonction de leur force.
Malgré la fébrilité qui règne en ce matin de départ, M. Poulin prend le temps de sortir une main artificielle pour en expliquer le fonctionnement. Il s'agit d'une main mécanique qui s'ajuste sur un moignon avec des bandes velcro. Elle permet à son utilisateur de tenir une tasse, une fourchette, un crayon. Elle nécessite l'apport d'une bonne main pour être manipulée, mais elle permet de redonner de l'autonomie et de la dignité à des gens qui ont perdu une main sur une mine antipersonnelle ou par la gangrène. Il y en a 22 à remettre.
Des fauteuils roulants seront aussi donnés à des survivants de la polio.
Chacun de ces dons est fait en échange de conditions de retour à l'école ou au travail, explique Serge Poulin.
Dans sa besace, il transporte aussi 26 «poupées sans souci», de petites poupées de laine tricotées par des bénévoles qui ont pour qualité de savoir écouter les peines des enfants.
La valeur du matériel utilisé ou donné lors de cette mission atteint facilement les 150 000 $. Elle est rendue possible grâce à des dons multiples, 3000 $ ici, 5000 $ là, provenant notamment du CSSS Maria-Chapdelaine, de la Fondation Poulin Opticien, de la Fondation LN-4 (pour les mains), mais aussi d'un don de matériel de chirurgie oculaire d'une valeur de 65 000 $ de Alcon Canada.
Pendant la mission, le rotarien Yves Fecteau ira aussi visiter les lieux d'un projet éducatif financé par l'organisation il y a quelques années. En plus du matériel scolaire, le projet avait consisté à réhabiliter huit puits d'eau potable près des écoles. Des villageois ont été formés pour assurer leur entretien.
Serge Poulin n'est pas peu fier quant à lui de montrer la photo de l'ophtalmologue Frédéric Adom qui sera leur hôte au Togo. C'est la Fondation Poulin Opticien, dont la mission est de remettre des lunettes aux enfants défavorisés de Québec, qui a payé à M. Adom sa formation d'un an en chirurgie de la cataracte. «Frédéric est maintenant membre du Club Rotary de Dapaong et il nous accueillera là-bas avec son équipe.»