Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une manifestation des Gilets Jaunes à Bordeaux, en France, en septembre dernier
Une manifestation des Gilets Jaunes à Bordeaux, en France, en septembre dernier

2020, l’année de tous les complots

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
En 2020, les théories du complot se sont multipliées plus vite que les feux de broussailles sur les collines asséchées de la Californie. Docteur est-ce grave? S’agit-il d’une dérive passagère ou du symptôme d’un mal plus grand? Portrait du phénomène métro, boulot, dodo, complot.

Jacques ne reconnaît plus sa sœur, qui habite au Lac-Saint-Jean. Avant, elle avait des tendances un peu mystiques sur les bords. Mais depuis le début de la pandémie, Madame a basculé «de l’autre côté du miroir», comme on dit. Elle craint «l’état profond». Elle parle de Bill Gates, le fondateur de Microsoft, comme de l’Antéchrist. Cet automne, elle se passionnait pour la réélection de Donald Trump. On aurait juré que le sort du monde en dépendait. (1)

À des milliers de kilomètres, en plein coeur de Marseille, Catherine vit le même genre de problème avec son ex-conjoint. Le gars répète que le monde est dirigé par un vaste complot d’élites pédophiles, tous plus ou moins dévoués à Satan. Il prétend que l’injection de dioxyde de chlore par intraveineuse constitue un remède miracle contre la COVID-19. Il vénère Donald Trump, une sorte de Sauveur chargé du grand ménage planétaire.

«C’est devenu bien plus qu’une simple croyance, explique Catherine. Il me dit que cela fait partie de son identité. (…) Tu ne peux plus discuter avec lui. Il n’écoute rien. Il ne rigole plus. (…) Quand il fait ses recherches sur Youtube, on lui propose toujours davantage de choses sur le même sujet, à cause des algorithmes. (…) Ses «découvertes» le valorisent. Elles calment ses angoisses. Il se voit comme un initié. Un clairvoyant. Un lanceur d’alerte. Les autres ne sont que des «moutons»... (2)

Je respire, tu respires, il conspire

Bienvenue en 2020, l’âge d’or de la théorie du complot. L’année où votre oncle, votre sœur ou votre père a pété les plombs, tout seul devant son ordinateur. L’année où 11% des Canadiens croyaient que le coronavirus était un canular servant à camoufler les effets néfastes des tours de télécommunication 5G. (3). L’année où l’actrice française Juliette Binoche a jugé bon d’intervenir sur Instagram pour dénoncer les vaccins [contre la COVID] «qui visent à nous implanter une puce sous-cutanée». (4)

Bien sûr, les historiens rappelleront que les théories du complot ne datent pas d’hier. Au Moyen Âge, on accusait les Juifs de boire le sang des enfants chrétiens. (5) Vers 1850, on racontait que le choléra était une arme de la bourgeoisie pour affaiblir le mouvement ouvrier. (6) Plus près de nous, seulement 20% Américains adhèrent à la thèse voulant que le président John F. Kennedy ait été abattu par un homme seul, Lee Harvey Oswald, le 22 novembre 1963. La majorité croit à un complot impliquant la mafia, la CIA, Fidel Castro ou même des extraterrestres, qui auraient voulu empêcher le président de révéler leur existence... (7)

«<em>We, the People</em>» sont les premiers mots inscrits dans la Constitution des États-Unis.

Reste qu’en 2020, le complot passe à la vitesse supérieure. Il franchit le mur du son. L’isolement, l’anxiété et le chômage forment un cocktail idéal. Une «tempête parfaite», disent les experts. Dès le début du confinement, en mars, les réseaux sociaux enregistrent un trafic monstre. «Normalement, notre période de pointe survient autour du Nouvel An. Soudainement, nous voyions ce genre d’affluence record à tous les jours, a expliqué Nicola Mendelsohn, le vice-président de Facebook pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, lors d’une entrevue accordée au journal The Guardian. (8)

Le monde entier cherche des explications. Vite. D’un seul coup, tout semble possible. Les théories les plus invraisemblables se répandent. En utilisant les extraits d’un vrai discours prononcé par Bill Gates, en 2015, des pseudoscientifiques accusent ce dernier d’avoir prévu (et planifié) la pandémie. Gates voudrait profiter du chaos pour mieux contrôler l’Humanité. À moins qu’il n’ait planifié la maladie avec le Parti communiste chinois, afin de réduire de 15% la population mondiale? (9)

Seule une question demeure sans réponse. Pourquoi Bill Gates aurait-il été annoncé ses intentions dès 2015? Par arrogance? Par stupidité? Par pure méchanceté? Mystère et boule de gomme. Avec les Super-vilains, on ne sait jamais.

Do You Speak la théorie du complot?

Une fois qu’une théorie du complot est implantée, elle devient plus difficile à faire disparaître qu’une grosse tache de vin rouge sur une nappe de dentelle blanche. Au Québec, par exemple, environ 20% des adultes croient dur comme fer que la COVID-19 est une invention «pour contrôler la population». (10) Même si les soins intensifs des hôpitaux débordent de patients, ceux-là ne changent pas d’idée. (…) Au besoin, ils diront que les statistiques officielles sont trafiquées.

Le phénomène se reproduit un peu partout. Aux-États-Unis, environ un tiers des adultes croient que le coronavirus n’est pas plus dangereux qu’un gros rhume. (11) Et 31% pensent que les chiffres sur les morts de la COVID-19 sont gonflés pour terroriser la population. (12) La situation devient si grave que le 16 novembre, une infirmière du Dakota du Sud, Jodi Doering, lance un cri du coeur. Elle raconte que des patients à l’article de la mort refusent d’admettre qu’ils sont en train de succomber à la COVID-19. Jusqu’au bout, ils préfèrent se répéter qu’il s’agit d’une pneumonie, d’une grippe ou d’un cancer du poumon.

Dans une entrevue à CNN, l’infirmière Doering compare la pandémie de coronavirus «à un film d’horreur qui n’en finit pas». Les larmes aux yeux, elle explique que le plus difficile, c’est de voir des gens chercher une explication «magique». Elle confie: «Leurs derniers mots sont: Ça ne peut pas être en train de m’arriver. C’est impossible. Au lieu de dire un dernier mot à leur famille [par vidéo conférence], ils meurent remplis de haine et de colère. Ça me brise le coeur...» (13)

Six fois le tour de la Terre

Les complots ressemblent aux virus. À mesure qu’ils se diffusent, il subissent des mutations. Et quand ils perdent de l’efficacité, ils sont remplacés par un autre plus percutant. Aux États-Unis, après les élections du 3 novembre, le président Donald Trump s’est mis à dénoncer une fraude électorale «de grande ampleur». «Arrêtez le vol», hurlent aussitôt ses partisans. Selon Zignal Labs (14), les allusions à la fraude électorale atteignent un sommet de popularité le 4 novembre 2020, avec 375 000 mentions sur les chaînes d’information continue et les médias sociaux.

Au cours des semaines suivantes, le prétendu «vol électoral du siècle» perd un peu de son élan. Les tribunaux rejettent 59 des 60 requêtes du président. (15) Les histoires de fraude n’aboutissent pas. Pire, elles ne se renouvellent guère. Le 3 décembre, un mois après le début de la croisade de Donald Trump, les références à la fraude ont diminué de 80%. (16) Bon nombre d’amateurs de complots se redirigent vers les vaccins. (17) Ils s’enflamment pour la rumeur voulant que la vaccination contre la COVID-19 devienne obligatoire…

À la blague, l’écrivain Mark Twain prétendait qu’un mensonge peut faire le tour de la Terre, le temps que la vérité mette ses bottes. Il n’était pas loin du compte. La sociologue Kathleen M. Carley, de l’université de Harvard, a mesuré que sur le réseau Twitter, une fausse nouvelle voyage en moyenne six fois plus vite qu’une information vraie. (18) Après avoir analysé 126 000 nouvelles, de 2006 à 2017, deux chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) vont plus loin. Ils observent que les informations vérifiables sont rarement diffusées plus d’un millier de fois. À l’opposé, les fausses nouvelles sont fréquemment partagées 10 000 fois, voire plus de 100 000 fois. (19)

Plus les gens «aiment» et «partagent» une fausse nouvelle, plus elle devient crédible. Et elle devient plus crédible, parce que plus de gens «l’aiment» et la «partagent». Un principe indémodable, qui a fait les beaux jours de la saucisse Hygrade…

Complot à la carte 

À lui seul, l’essor du mouvement QAnon symbolise toute la bizarrerie de l’année 2020. Avant la pandémie, l’idée que le monde puisse être dirigé par une cabale d’élites pédophiles et satanistes ressemblait à un mauvais scénario de science fiction. Ou à un délire psychotique. Pour une fois, les sceptiques auront été confondus. Dès le début du confinement, le nombre de recherches sur QAnon grimpe en flèche sur Google.(20) Même chose sur Facebook, où les messages faisant allusion au mouvement sont multipliés par deux ou trois. (21)

Dès le début du confinement, le nombre de recherches sur QAnon a grimpé en flèche sur Google. Même chose sur Facebook, où les messages faisant allusion au mouvement sont multipliés par deux ou trois.

À la fin de l’été, à peine 14% des Américains n’ont jamais entendu parler du mouvement. Pas moins de 33% des électeurs républicains estiment que les théories de QAnon sont «en partie» vraies. (22)

«La pandémie n’a pas fait apparaître les théories du complot, mais elle a multiplié le nombre de gens qui sont prêts à y croire, analyse David Morin, codirecteur de l’Observatoire sur la radicalisation et professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke. (23) QAnon se révèle particulièrement intéressant. Ses adeptes font du cherry-picking», c’est-à-dire qu’ils se construisent un complot à la carte. Certains laissent de côté les histoires satanistes, pour se concentrer sur les vaccins. D’autres ne s’intéressent qu’à la réélection de Donald Trump.»

La force de QAnon consiste à inviter ses fidèles à «faire leurs propres recherches» pour participer à «la tempête». Ou au «grand éveil». À chacun son complot. Vous détestez les banques? On vous présente la solution. Vous êtes inquiet du vaccin? On s’occupe de vous. Vous voulez en savoir plus sur les élites qui boivent du sang frais pour atteindre l’orgasme? Que direz-vous d’une discussion avec des gens qui prétendent avoir vu une vidéo montrant Hillary Clinton en train de... dévorer un enfant? (24)

La pointe de l’iceberg

Le professeur David Morin met en garde contre la tentation de considérer les complotistes comme des illuminés. Selon lui, la prolifération des complots constitue un signal d’alarme. Le symptôme d’une crise de confiance, illustrée par la méfiance entourant les vaccins contre la COVID-19. Au Québec, 30% des adultes se disent «indécis, sceptiques ou réfractaires». (25) Aux États-Unis, la proportion frôle 50%. (26) En France, elle culmine à 59%, l’un des taux les plus élevés du monde. (27)


« La pandémie n’a pas fait apparaître les théories du complot, mais elle a multiplié le nombre de gens qui sont prêts à y croire »
David Morin, codirecteur de l’Observatoire sur la radicalisation et professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke

Pendant longtemps, les géants du Web ont fermé les yeux sur la désinformation, sous prétexte qu’ils ne voulaient pas jouer les «arbitres de la vérité». «Dans une démocratie, (…) il appartient aux citoyens de décider de ce qui est crédible. Ce n’est pas le rôle des compagnies de haute technologie», avait expliqué le pdg de Facebook, Mark Zuckerberg. (28) Quand les Youtube, Twitter, Facebook et cie ont décidé d’agir, surtout à partir de l’été 2020, il se faisait déjà bien tard… (29)

Un chiffre résume le fouillis des croyances en 2020. Aux États-Unis, à tort ou à raison, à peine 16% des adultes croient encore les statistiques officielles sur le chômage. (30) C’est peu. Pour vous donner une idée, ils sont (presque) aussi nombreux à refuser d’admettre que l’être humain ait marché sur la Lune. (31)

Dans la peau d’un conspirationniste

Récemment, l’auteur Yuval Noah Harari s’est mis dans la peau d’un conspirationniste. «Périodiquement, nos vies sont bousculées par des guerres, des révolutions, des crises et des épidémies, écrit-il. Mais si je crois à la grande théorie du complot global, cela me donne le sentiment rassurant de tout comprendre. La guerre en Syrie? Je n’ai pas besoin d’étudier l’histoire du Moyen-Orient pour comprendre ce qui se passe là-bas. Ça fait partie du complot. (…) La pandémie de coronavirus? Rien à voir avec les écosystèmes, les chauve-souris ou les virus. Cela fait encore et toujours partie de la même conspiration mondiale. (..) Le grand complot me permet de percer les secrets du monde et d’entrer dans un cercle restreint: le groupe des personnes privilégies qui comprennent ce qui se passe. (...)» (28)

En attendant la suite, nous revenons à Jacques, qui ne reconnaît plus sa sœur. Celle qui habite au Lac-Saint-Jean. Celle qui a basculé «de l’autre côté du miroir». Malgré tout, Jacques tente de garder le contact avec elle. Il essaie de l’intéresser à autre chose, même si ce n’est pas toujours facile. Histoire de lui remonter un peu le moral, il apparaît indiqué de conclure avec une blague irlandaise, qui démontre même les paranos ont parfois raison…

«Il était une fois un complotiste qui venait de se faire emprisonner pour avoir fait sauter un tour de 5G. Au fond de sa cellule, il reçoit une lettre de son vieux père malade, qui s’apprête à essayer de planter des patates dans son jardin.

Le fils lui répond aussitôt par courriel.

— Mon cher Papa. Surtout, ne touche pas au jardin! C’est là que j’ai tout caché.

Quelques heures plus tard, de nombreux policiers débarquent avec des outils et une pelle mécanique chez le papa cultivateur. Durant des heures, il fouillent chaque centimètre carré du jardin. À la fin, ils s’en retournent, sans avoir trouvé quoi que ce soit.

Le lendemain, le fils expédie un autre courriel à son père.

— Mon cher Papa. J’espère que le jardin a été bien labouré et que tu pourras semer tes patates. Ce n’était pas l’idéal, j’en conviens. Mais c’était tout ce que je pouvais faire à cette distance. Ton fils bien-aimé.»

Notes

(1) Le prénom a été changé, pour éviter d’envenimer les relations tendues avec sa sœur. Entrevue réalisée le 14 décembre 2020.

(2) Le prénom a été changé, pour éviter d’envenimer les relations tendues avec son ex-conjoint. Entrevue réalisée le 15 décembre 2020.

(3) New Carleton Study Finds COVID—19 Conspiracies and Misinformation Spreading Online, School of Journalism and Communication, Carleton University, 20 mai 2020.

(4) Covid-19, vaccins et 5G : les délires complotistes de Juliette Binoche sur Instagram, France Inter, 7 mai 2020.

(5) «Croire à la science ou pas est devenu une question éminemment politique, sans doute celle qui va décider de l’avenir du monde», Le Monde, 10 décembre 2020.

(6) Faire face aux théories du complot, France Culture, 30 octobre 2020.

(7) Most People Believe In JFK Conspiracy Theories, fivethirtyeight.com, 23 octobre 2017.

(8) Facebook, QAnon, and the World Slackening’s Grip on Reality, The Guardian, 11 novembre 2020.

(9) Bill Gates, le nouvel antéchrist des complotistes, Le Point, 10 septembre 2020.

(10) Une personne sur cinq adhère à des thèses complotistes, La Presse, 24 octobre 2020.

(11) Daniel A. Cox et John Alpin, Conspiracy Theories, Misinformation, COVID-19, and the 2020 Election, Survey Center on American Life, 13 octobre 2020.

(12) Nearly A Third Of Americans Believe Covid-19 Death Toll Conspiracy Theory, Forbes, 21 juillet 2020.

(13) South Dakota Nurse Sounds Alarm on Covid-19 Surge, cnn.com, 16 novembre 2020.

(14) https://zignallabs.com/

(15) «Every Single Case Has Been Ruled On»: Trump Legal team Wows to Pursue Appeals, File New Challenges, Washington Times, 13 décembre 2020.

(16) From Voter Fraud to Vaccine Lies: Misinformation Peddlers Shift Gears, The New York Times, 16 décembre 2020.

(17) Vaccine Hoaxes are Rampant on Social Media. Here’s How to Spot Them, The Washington Post, 18 décembre 2020. 

(18) False News Travels 6 Times Faster on Twitter Than Truthful News, PBS, 9 mars 2018.

(19) Soroush Vosoughi, Deb Roy, Sinan Aral The Spread of True and False News Online, Science, 8 mars 2020.

(20) Le moteur de recherche concentre 92,16% de toutes les recherches sur Internet. https://gs.statcounter.com

(21) How Did QAnon Conspiracies Spread So Fast in 2020? Agence France Presse, 6 octobre 2020.

(22) Majority Of Republicans Believe The QAnon Conspiracy Theory Is Partly Or Mostly True, Survey Finds, Forbes, 2 septembre 2020.

(23) Entrevue réalisée le 15 décembre 2020.

(24) The Dark Virality of a Hollywood Blood-Harvesting Conspiracy, wired.com, 31 juillet 2020.

(25) COVID-19: les Québécois plus enclins à se faire vacciner et à relâcher les mesures, La Presse canadienne, 17 novembre 2020.

(26) AP-NORC Poll: Only Half in US Want Shots as Vaccine Nears, The Washington Post, 9 décembre 2020.

(27) Un comité citoyen pour restaurer la confiance, Le Monde, 17 décembre 2020.

(28) Facebook, QAnon and the World’s Slackening Grip on Reality, The Guardian, 11 novembre 2020.

(29) As Qanon Grew, Facebook and Twitter Missed Years of Warnings Signs about the Conspiracy Theory’s Violent Nature, The Washington Post, 3 octobre 2020.

(30) The Economist/YouGov, December 6-8.

(31) Many People Still Believe the Moon Landing was Fake. But Who’s Profiting? Vox, 24 juin 2019.

(32) When the World Seems Like One Big Conspiracy, The New York Times, 20 novembre 2020.