150 jours en bateau pour le 150e du Canada

Les berges de Québec sont-elles polluées de résidus de plastique? C'est à cette question, et à de nombreuses autres que tentera de répondre l'équipage du navire Canada C3 qui est à quai mercredi et jeudi dans la capitale et qui parcourra les trois côtes canadiennes en 150 jours.
La durée de l'expédition n'est pas un hasard. Elle correspond au nombre de bougies que souffle cette année le pays, qui a d'ailleurs octroyé une subvention de 6 millions $ à l'équipage de Geoff Green, chef de l'expédition de C3 et idéateur de ce projet signature. 
C'est à bord d'un ancien brise-glace de la Garde-côtière construit à Lévis en 1958, le Sir Humphrey Gilbert, mais passablement modifié depuis que l'équipage hétéroclite de M.Green a quitté Toronto le 1er juin dernier. L'expédition, qui compte 15 étapes de dix jours, se terminera à Victoria le 18 octobre prochain après avoir parcouru 23 000 kilomètres. 
«C'est un voyage pour célébrer notre pays mais c'est beaucoupp plus que ça, c'est un voyage de science, d'éducation et de réconciliation, explique le chef. On veut avoir une meilleure connaissance de notre pays où, nous sommes maintenant et où l'on va dans le futur.» 
Quatorze membres d'équipage, 22 «employés» de Geoff Green font tout le périple et 24 participants, des «ambassadeurs pour le Canada» qui avaient soumis au préalable leur candidature, prennent part aux différentes étapes. Ce sont des artistes, des aînés, des jeunes, des autochtones ou encore des musiciens ou des nouveaux arrivants. «Le but est d'avoir un miroir de notre pays sur le bateau», explique le chef. 
Ceux-ci participent à différentes activités lorsque le navire amarre dans une ville. À Québec par exemple où ils séjournent pour deux jours, ils visitaient d'abord le Vieux-Québec puis le musée de la civilisation et rencontraient par la suite des élèves d'une école de Limoilou. Jeudi, un visite de la communauté huronne-wendat est entre autres prévue.
Un petit salon aux couleurs canadiennes dans le navire Canada C3, qui est à quai mercredi et jeudi à Québec.
De nombreux projets scientifiques 
Tandis que ce groupe découvre, un autre composé de scientifiques récolte de précieuses données. En tout, le navire C3 prend part à 23 projets de nature scientique. Dans une portion québécoise de l'expédition qui s'étend de Montréal à Baie Comeau, cinq projets ont cours, explique la chef scientifique du bateau, Line Morissette. 
Celui sur les microplastiques qui vise à quantifier les débris de plastiques sur les différents rivages, un autre ayant pour but d'inventorier les oiseaux et les mammifères marins, un troisième sur le déplacement des poissons, un quatrième sur l'environnement sonore des cours d'eau et finalement, le dernier porte sur l'analyse de l'adn de l'eau afin de détecter la biodiversité marine. Au moment du passage du Soleil dans le C3 mercredi, Mme Morissette s'apprêtait à quitter le navire en zodiac pour récolter des échantillons à la Baie de Beauport afin de déterminer si cette plage est, comme de nombreuses autres déjà étudiées, infestée de plastique. Si elle peut donner rapidement une réponse «visuelle» à cette question, les résultats officiels et scientifiques ne seront pas connus avant plusieurs mois, voire même années.