14 mois pour du harcèlement sévère

Le harcèlement à l’égard de son ex-conjointe dont Alain Chenel s’est rendu coupable est si grave qu’une peine plus sévère que la moyenne s’impose, a estimé le juge Mario Tremblay de la Cour du Québec.

Chenel, 42 ans, sans antécédents judiciaires, est donc condamné à une peine de 14 mois pour menaces de mort et harcèlement. 

Comme il présentait un trop grand risque pour être remis en liberté durant les procédures, le harceleur est détenu depuis son arrestation en novembre. Il lui restera un peu plus de deux mois à passer derrière les barreaux. 

Exceptionnellement, le juge a demandé aux services correctionnels d’aviser l’ex-conjointe le jour où Chenel sortira de prison. L’homme sera en probation durant deux ans et il lui sera formellement interdit de communiquer ou d’importuner son ex-conjointe et ses deux filles.