L’Hôpital du Saint-Sacrement est en éclosion depuis qu'un premier cas s'est déclaré le 23 septembre.
L’Hôpital du Saint-Sacrement est en éclosion depuis qu'un premier cas s'est déclaré le 23 septembre.

120 nouveaux cas à Québec, éclosions à l’Hôpital du Saint-Sacrement et du jamais vu en Chaudière-Appalaches

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
La journée de dimanche fait son entrée sur le podium au chapitre des nouveaux cas enregistrés en 24 heures. Avec 120 infections qui s’ajoutent, ce bilan recense la deuxième plus forte augmentation quotidienne des cas dans la Capitale-Nationale depuis le début de la pandémie. Scénario semblable du côté de Chaudière-Appalaches, où 57 personnes ont reçu un diagnostic positif, établissant un nouveau record dans la région.

Il s’agit d’une quatrième journée consécutive où les tests de dépistage confirment plus de 100 nouvelles infections à Québec.

Vendredi, la région comptait 132 cas de COVID-19, un triste record qui demeure. Depuis maintenant une semaine, le nombre de personnes déclarées infectées chaque jour n’est jamais descendu sous la barre des 90.

Au total, 3709 cas ont été confirmés dans la Capitale-Nationale depuis le mois de mars.

Record de nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Les 50 cas enregistrés lundi constituaient un record en 24 heures pour la région de Chaudière-Appalaches.

Dimanche, ce dernier a été battu, alors qu’on dénombrait 57 nouvelles infections sur le territoire, portant le total à 1200 ainsi que 18 décès depuis le début de la pandémie.

Hôpitaux en éclosion

Deux hôpitaux de Québec se retrouvent aux prises avec des éclosions. L’Hôpital du Saint-Sacrement est en éclosion depuis qu'un premier cas s'est déclaré le 23 septembre, rapporte Pascale St-Pierre, chef des communications du CHU de Québec. En date de dimanche, le milieu de soins faisait état de cinq personnes, travailleurs et patients, atteintes du virus. Le troisième étage du pavillon Cécile-Coulombe, une unité d’hospitalisation traditionnelle est touché, en plus de l’unité de soins intensifs en cardiologie, où les premiers cas se sont déclarés vendredi.

Une opération de dépistage a été menée et «quelques» résultats sont encore en attente d’être reçus. Dans les cinq hôpitaux du CHU de Québec, 61 employés sont en isolement, sur un potentiel de 15 000.

Les visites n’ont pas été interdites pour le moment à l’Hôpital du Saint-Sacrement.

Les visites n’ont pas été interdites pour le moment à l’Hôpital du Saint-Sacrement, bien qu’il soit «possible que ça change», affirme Pascale St-Pierre.

«Pour l’instant on n’est pas dans l’interdiction, mais plutôt dans l’appel à la collaboration. La meilleure façon d’aider le réseau de la santé et de protéger les patients hospitalisés, c’est d’éviter de leur rendre visite si ce n’est pas essentiel», rappelle-t-elle.


« La meilleure façon d’aider le réseau de la santé et de protéger les patients hospitalisés, c’est d’éviter de leur rendre visite si ce n’est pas essentiel »
Pascale St-Pierre, chef des communications du CHU de Québec

L’éclosion au sein des travailleurs de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie (IUCPQ) continue de progresser, mais demeure «sous contrôle». On y déclare maintenant 36 employés atteints de la COVID-19, sur un total de 3200.

«Ces employés ont été retirés du travail afin de protéger la clientèle ainsi que les autres employés», précise Valérie Lefrançois, responsable des communications à l’IUCPQ.

L’établissement interdit les visites depuis samedi matin, et ce, pour une durée indéterminée. Des exceptions pourront être faites pour des raisons humanitaires et de proches aidants.

L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie est l’un des deux hôpitaux désignés pour recevoir les patients atteints de la COVID-19 dans la région, avec l’Enfant-Jésus.

Situation dans les écoles 

Des mesures d’isolement préventives ont été mises en place dans au moins six écoles primaires et secondaires de Québec à la suite d’une éclosion dans un ou des bulles-classes depuis la rentrée scolaire.

L’école Sans-Frontière de Vanier avait été entièrement fermée, une opération de dépistage massif s’était déroulée et avait entraîné la confirmation d’au moins 25 résultats positifs à la COVID-19 chez des élèves et membres du personnel. Les enfants devaient pouvoir recommencer à fréquenter l’école le 2 octobre.

Une opération de dépistage massif à l'école Sans-Frontière avait entraîné la confirmation d’au moins 25 résultats positifs à la COVID-19.

À l’école Jean-de-Brébeuf, dans Limoilou, toutes les classes de 4e et de 5e secondaire avaient été fermées le 21 septembre, représentant le retrait d’environ 320 étudiants jusqu’au 2 octobre inclusivement. En date de dimanche, les tests réalisés auprès du personnel et des élèves de secondaire trois à cinq avaient confirmé 18 cas positifs, selon les dernières informations de la porte-parole du Centre de services scolaire de la Capitale, Véronique Gingras.

À Dominique-Savio, un total de 10 cas a jusqu’ici été confirmé, tandis qu’on en comptait quatre à l’école de la Grande-Hermine, toutes deux situées dans l’arrondissement de la Cité-Limoilou. Le retour en classe des groupes isolés devait avoir lieu respectivement les 24 et 22 septembre.

Le Collège des Compagnons et le Collège Saint-Charles-Garnier font aussi partie des milieux d’enseignement en éclosion.