Le Soleil
Les livres mis à l'Index n'étaient pas détruits, explique Pierrette Lafond, responsable du centre de documentation au Musée de la civilisation. On les retirait de la circulation, mais on les conservait «pour suivre le dévelopement de la pensée rebelle, pour pouvoir s'en prémunir».
Les livres mis à l'Index n'étaient pas détruits, explique Pierrette Lafond, responsable du centre de documentation au Musée de la civilisation. On les retirait de la circulation, mais on les conservait «pour suivre le dévelopement de la pensée rebelle, pour pouvoir s'en prémunir».

Plongée en Enfer

Josianne Desloges
Collaboration spéciale
Des romans, des encyclopédies, des bibles en français, des tableaux d'angelots... Ces objets, qui nous paraissent bien inoffensifs aujourd'hui,  font partie de la section interdite de la collection du Petit Séminaire de Québec. À l'occasion de l'événement Rares et précieux du Musée de la civilisation, Le Soleil s'est penché sur quelques interdits d'hier.