Le Soleil
La COP15 se déroule à Montréal.
La COP15 se déroule à Montréal.

Il ne suffit plus de la mettre en vase clos pour protéger la nature

Jacques Prescott
Jacques Prescott
Biologiste et professeur associé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi
Gaston Déry, C.M.
Gaston Déry, C.M.
Conseiller stratégique en responsabilité sociale des entreprises
POINT DE VUE / Alors que la COP15 s’apprête à adopter l’objectif de dédier 30% de la planète à la création d’aires protégées, il y a lieu de se demander si cette solution est la meilleure dans un contexte où l’évolution rapide du climat met en péril la résilience des espaces protégés. Examinons le cas des forêts. Ces derniers mois, au Québec, alors que le premier ministre avait déclaré qu’un équilibre entre les aspects économiques et environnementaux demeure essentiel, les audiences publiques sur la survie du caribou forestier ont mis en évidence un clivage important entre le point de vue des tenants de la stricte protection de la nature et ceux prônant l’utilisation rationnelle des ressources. Un juste milieu est-il possible?