La crise cardiaque n’est plus ce qu’elle était

Grâce à la curiosité et au sens de la vulgarisation de l’animateur Laurent Turcot, la docusérie n’ennuie pas une seule seconde.

Jadis, à une époque antédiluvienne, saviez-vous que du pain blanc trempé dans un vin de qualité, pas de la piquette, était utilisé par les médecins pour réanimer la victime d’un arrêt cardiaque? Si le truc ne marchait pas, il fallait alors lui jeter de l’eau au visage, lui tirer les oreilles, crier son nom très fort ou, en dernier recours, le mettre sur un cheval dans l’espoir que les secousses le ramènent à la vie.