Une agression physique «inqualifiable», une conduite «répugnante»

Le texte qui suit traite d'une agression sexuelle armée. La lecture peut s'avérer difficile. Nous tenions à vous en avertir. «Répugnante». C’est le terme choisi par la juge pour qualifier la conduite d’Esteban Dubé et de Yohan Roy-Morin, 18 ans, qui ont torturé, drogué et séquestré un de leurs amis en février dernier, à Charlesbourg. Les deux jeunes agresseurs ont plaidé coupable et ont été condamnés hier à des peines respectives de 7 et 6 ans de pénitencier.


Le 23 février dernier, Jimmy*, 18 ans, reçoit un appel pour aller faire la fête chez un autre jeune. Sur place, les garçons et les filles sont déjà fortement intoxiqués. Jimmy se fait offrir du GHB, du MDMA et des métamphétamines.

Durant la nuit, Jimmy ne dort pas. Il consulte son téléphone cellulaire. Les trois garçons, Derek Ruel, Yohan Roy-Morin et Esteban Dubé, tous âgés de 18 ans, diront l’avoir vu prendre une photo d’une des filles endormies. Ils allègueront aussi avoir vu des images de pornographie juvénile sur l’écran du téléphone. Aucune image suspecte ne sera retrouvée par les policiers.

Ruel, Roy-Morin et Dubé décident d’expulser Jimmy du logement. Mais avant, ils vont commettre une agression physique «inqualifiable», commente la juge Marie-Claude Gilbert de la Cour du Québec.

Esteban Dubé

Esteban donne un premier coup de poing sur la tempe de Jimmy, qui tombe au sol. En riant, les trois jeunes assènent d’autres coups à Jimmy chacun leur tour. Roy-Morin et Dubé frappent Jimmy avec un morceau du lit en métal. Dubé enfile des gants de soccer pour frapper Jimmy au visage. Roy-Morin tabasse la victime jusqu’à ce qu’il déverrouille son cellulaire et le remette à ses agresseurs.

Jimmy perd connaissance et sera réveillé par d’autres coups de pied dans le dos.

Agression sexuelle armée

Alors que le jeune homme est inconscient, Esteban Dubé prend le manche d’une vadrouille et donne des poussées pour l’insérer dans l’anus de la victime, tout en le traitant de pédophile. Jimmy dira avoir ressenti une très vive douleur.

Lorsque le jeune homme veut s’enfuir, Ruel, Dubé et Roy-Morin le séquestrent.

Esteban Dubé force Jimmy à ingérer une «roche» de MDMA, une quantité qui correspond à au moins quatre doses. Yoan Roy-Morin urine dans une bouteille et oblige Jimmy à boire le liquide et à avaler la drogue.

Les trois jeunes menacent de tuer Jimmy et sa famille s’il les dénoncent à la police. Ils ajoutent que s’ils vont en prison, ils le tueront à leur sortie.

Yoan Roy-Morin, Esteban Dubé et une jeune fille finissent par sortir Jimmy du logement et l’abandonnent, ensanglanté, dans la neige. Une voisine va repérer le jeune homme étendu au sol seulement quelques heures plus tard.

 Yohan Roy-Morin

Jimmy perd à nouveau conscience et se réveille 11 heures plus tard, à l’hôpital. Il a subi une commotion cérébrale, deux fractures du nez, des brûlures, a des côtes fêlées et plusieurs ecchymoses au visage.

Après avoir hésité quelques jours, Jimmy porte plainte le 1er mars 2022. Esteban Dubé, Derek Ruel et Yohan Roy-Morin sont alors arrêtés.

En plus de déclarations, la police de Québec dispose de preuves vidéo des crimes, filmés en partie par les agresseurs.

Complètement isolé

Jimmy était présent au palais de justice vendredi, avec sa famille, pour entendre deux de ses trois agresseurs plaider coupable et recevoir leur peine.

Il n’a pas voulu s’adresser au tribunal, mais a raconté ses séquelles à la procureure de la Couronne, Me Anne-Frédérique Coulombe.

En plus des douleurs physiques, Jimmy vit énormément d’angoisse et souffre d'insomnie. Il ne sort plus de chez lui et ne voit aucun ami.

Les parties suggéraient l’imposition d’une peine de sept ans pour Esteban Dubé, qui a commis l’agression sexuelle armée, et de six ans pour Yohan Roy-Morin.

La juge Marie-Claude Gilbert de la Cour du Québec estimait ces peines raisonnables dans les circonstances.

«Il est impensable qu’un jeune homme qui se pense être avec des amis puisse vivre un événement de violence aussi traumatisant, dénonce la juge. Même si les accusés ont tous les deux 18 ans, ils doivent être écartés de la société parce qu’à mon sens, ils représentent un danger pour qui que ce soit.»

Derek Ruel a lui reporté son dossier au 21 octobre. Il pourrait plaider coupable à ce moment.

Yohan Roy-Morin et Esteban Dubé ont aussi plaidé coupable hier à des menaces de mort commises par téléphone à deux individus, quelques jours avant l'agression de Jimmy, et aussi d'avoir volé le téléphone cellulaire d'un autre adolescent.

* Prénom fictif