Le Soleil
Aussitôt officialisé, le renversement par la Cour suprême des États-Unis de l’arrêt Roe contre Wade qui garantissait le droit à l’avortement a entraîné de premiers commentaires de dénonciation de la classe politique au Canada, notamment du premier ministre.
Aussitôt officialisé, le renversement par la Cour suprême des États-Unis de l’arrêt Roe contre Wade qui garantissait le droit à l’avortement a entraîné de premiers commentaires de dénonciation de la classe politique au Canada, notamment du premier ministre.

Inquiétudes au Canada après la perte du droit à l’avortement aux États-Unis

La Presse Canadienne
Gaëlle Kanyeba
Gaëlle Kanyeba
Le Droit
L’annulation du jugement garantissant le droit à l’avortement décidée vendredi par la Cour suprême des États-Unis « est une décision catastrophique pour les femmes », en particulier celles en situation précaire, croit la sénatrice et ancienne présidente du Conseil du statut de la femme du Québec, Julie Miville-Dechêne. En plus d’envoyer « un signal fort et dangereux », dit-elle, aux partisans des mouvements antiavortement au Canada.