Six urgences partiellement fermées: «Oui, ça va être un été difficile»

Quelque 60 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux sont absents, ce qui représente près de 8000 personnes de plus qu’à la même période l’an dernier, selon le ministère.

Six services d’urgence seront partiellement fermés cet été au Québec, dont à Fortierville en raison de la pénurie de personnel. Les secteurs de l’obstétrique et de la néonatalogie seront aussi touchés, confirme le ministre Christian Dubé, qui prévient la saison estivale sera « encore plus difficile » que l’an dernier en raison du taux d’absentéisme.


Quelque 60 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux sont absents, ce qui représente près de 8000 personnes de plus qu’à la même période l’an dernier, selon le ministère. « Ce sont principalement des gens qui sont en absence pour maladie parce qu’on a aussi des [cas] de COVID longue. On en a environ 800, c’est beaucoup », a expliqué mercredi le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Le ministre ne nie pas également que « beaucoup » d’employés sont partis en congé avec la fin des primes COVID dans le réseau, en mai dernier. « C’est normal, les gens veulent se reposer. Nos infirmières ont travaillé vraiment fort pendant deux ans », a-t-il ajouté lors d’une mêlée de presse. Québec s’est « engagé » à ce que les travailleurs du réseau puissent prendre leurs vacances malgré la pénurie. Ce qui fait en sorte que six services d’urgence devront être partiellement fermés au cours de l’été sur un total de 117. Il s’agit des urgences de La Mitis au Bas-Saint-Laurent, de Fortierville en Mauricie-Centre-du-Québec, de Coaticook et de Windsor en Estrie, de Lachine à Montréal et de Temiscaming-et-de-Kipawa en Abitibi-Témiscamingue.

Lire le texte complet sur le site de La Presse.