Le Soleil
Uniquement dans le secteur laitier, il existe des dizaines de dispositifs qui permettent de monitorer automatiquement à peu près toutes les étapes de la production, que ce soit le comportement de chaque vache individuellement, les quantités de nourriture et d’eau que chacune consomme (en ajustant les rations), la composition de leur lait, etc.
Uniquement dans le secteur laitier, il existe des dizaines de dispositifs qui permettent de monitorer automatiquement à peu près toutes les étapes de la production, que ce soit le comportement de chaque vache individuellement, les quantités de nourriture et d’eau que chacune consomme (en ajustant les rations), la composition de leur lait, etc.

IA en agriculture: le Québec «à la traîne»

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Dans un secteur comme la production laitière et animale, où la main-d’œuvre manque et où les producteurs sont souvent surmenés, l’intelligence artificielle (IA) pourrait rendre de précieux services, en permettant d’automatiser toutes sortes de tâches. Mais malgré cela, l’industrie québécoise tarde à se convertir à l’IA, constate Éric Paquet, chercheur à l’Université Laval et auteur d’un «livre blanc» l’automne dernier sur l’application de l’IA au secteur bioalimentaire.