Vers une détection précoce des «grandes maladies mentales»?