Le Soleil
L’orthophoniste Annie Légaré, du projet ACCES Défi, en compagnie de la directrice général d’Artère, Joëlle Duchesne, devant le premier restaurant ambassadeur du projet Accès, Chez Boulay- Comptoir boréal, dans le Vieux-Québec.
L’orthophoniste Annie Légaré, du projet ACCES Défi, en compagnie de la directrice général d’Artère, Joëlle Duchesne, devant le premier restaurant ambassadeur du projet Accès, Chez Boulay- Comptoir boréal, dans le Vieux-Québec.

Un projet pour sortir de l’isolement les personnes aphasiques

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Commander son repas au restaurant est loin d’être une sinécure pour les personnes aphasiques. Atteintes d’un trouble du langage en raison d’une lésion cérébrale, elles doivent prendre leur mal en patience pour se faire comprendre. D’où l’idée de décerner des sceaux d’approbation Défi ACCES aux établissements qui font un effort pour les accommoder. Le premier restaurant à avoir répondu à l’appel est Chez Boulay - Comptoir boréal, dans le Vieux-Québec.