Le Soleil
Pour l’immunologiste André Veillette, annoncer maintenant le retrait du port du masque en classe, «c’est trop vite; ce serait bon d’attendre que la situation soit un peu plus stable».
Pour l’immunologiste André Veillette, annoncer maintenant le retrait du port du masque en classe, «c’est trop vite; ce serait bon d’attendre que la situation soit un peu plus stable».

Retrait du masque: une décision plus politique que scientifique, déplore l’immunologiste André Veillette

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Le retrait du port du masque en classe au retour de la relâche ne laisse personne indifférent. Enfin, applaudissent les uns, trop tôt, craignent les autres. Pour l’immunologiste André Veillette, cette décision relève de considérations «purement politiques», et non scientifiques. Pour le virologue Benoît Barbeau, on peut prendre le risque de retirer le masque en classe, pour autant qu’on fasse un suivi de cet allégement et qu’on ventile bien les locaux.