Le Soleil
L’écriture a un effet cathartique pour Gaston Bourdages.
L’écriture a un effet cathartique pour Gaston Bourdages.

Cinq questions à Gaston Bourdages: le crucifix de la mort et de la vie [PHOTOS]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Il y aura 33 ans dans quelques jours, un crucifix a servi d’arme à Gaston Bourdages pour tuer sa conjointe. De son bureau où il rencontre Le Soleil, un crucifix est accroché au mur derrière lui. L’homme de 78 hivers porte aussi au cou une croix de façon ostentatoire. «Comme je ne peux pas vivre avec la réalité de sa mort, si ça n’avait pas été de ma foi, je me serais suicidé», laisse-t-il tomber pour expliquer l’importance de ce symbole religieux.