Le Soleil

Les Premières Nations craignent une pénurie de main d’oeuvre aggravée par Omicron

Kelly Geraldine Malone
La Presse Canadienne
De nombreuses Premières Nations d’un océan à l’autre s’inquiètent de voir le variant Omicron se répandre dans leurs communautés. Les chefs craignent notamment une pénurie de main-d’oeuvre aggravée par la COVID-19.