Le Soleil
Johanne Johnson au palais de justice de Percé, en avril 2016
Johanne Johnson au palais de justice de Percé, en avril 2016

Un abus de pouvoir mène à l’annulation du procès d’une Gaspésienne accusée du meurtre de son conjoint

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
Le juge Carl Thibault, de la Cour supérieure, libère Johanne Johnson des accusations de meurtre sans préméditation pesant contre elle. Dans un volumineux jugement, le magistrat précise que les policiers participant à l’enquête par infiltration pour faire admettre à madame Johnson le meurtre de son conjoint, James Dubé, ont abusé de procédure.