Le Soleil
Il ne fait pas le plus petit doute que les réseaux de surveillance sanitaire sous-estiment le nombre «manifestations cliniques inhabituelles», comme on les appelle, qui surviennent après la vaccination.
Il ne fait pas le plus petit doute que les réseaux de surveillance sanitaire sous-estiment le nombre «manifestations cliniques inhabituelles», comme on les appelle, qui surviennent après la vaccination.

Les effets secondaires des vaccins sont-ils sous-répertoriés?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
L’affirmation: «J’ai entendu à plusieurs reprises que les réactions aux vaccins seraient sous-déclarées, donc qu’un bon nombre passeraient “sous les radars”. Ça me semble compréhensible puisque je peux voir plusieurs raisons [manque de temps, bureaucratie, difficulté d’établir un lien direct, etc.] qui pourraient l’expliquer. Mais est-ce vrai? Et est-ce qu’on sait la proportion qui est déclarée?», demande Alexandre Delafontaine, de Montréal.