Le Soleil
Au fil des ans, l’Hôtel Chevalier et le quartier dont il a scellé le destin patrimonial sont devenus des chantiers-écoles, pour ainsi dire: c’est là qu’on a appris à restaurer du patrimoine, qu’on a appris à le protéger, qu’on a appris à le valoriser, qu’on a ouvert un champ nouveau du savoir et du rôle de l’État.
Au fil des ans, l’Hôtel Chevalier et le quartier dont il a scellé le destin patrimonial sont devenus des chantiers-écoles, pour ainsi dire: c’est là qu’on a appris à restaurer du patrimoine, qu’on a appris à le protéger, qu’on a appris à le valoriser, qu’on a ouvert un champ nouveau du savoir et du rôle de l’État.

Maison Chevalier, la fin d’une époque

Luc Noppen et Lucie K. Morisset
Historiens d’architecture et professeurs à l’Université du Québec à Montréal
POINT DE VUE / Comme plusieurs, nous avons appris avec stupéfaction la vente au Groupe Tanguay de la Maison Chevalier, immeuble patrimonial aux portes de la place Royale, à Québec. Nous aimerions ajouter, au concert d’inquiétudes soulevées, quelques observations qui, pour nous, rendent plus choquante encore cette transaction, quelle que soit la protection légale qui puisse possiblement contrôler l’apparence de l’immeuble en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.