Le Soleil

La pandémie a été particulièrement dure pour les ados souffrant de troubles alimentaires

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Cela fait plus d’un an que l’on craint que le stress de la pandémie et de la distanciation sociale finisse par peser sur la santé mentale des jeunes. Et des chercheurs montréalais viennent d’identifier un groupe pour qui les 18 derniers mois ont été particulièrement difficiles : les ados souffrant de troubles alimentaires (anorexie, boulimie, etc.).