Le Soleil
Aux prises avec une douleur au coude alors qu’il s’amenait au monticule avec les Astros, le 15 septembre 1971, Larry Yount n’a finalement effectué aucun lancer. Il n’aurait jamais cru que ce serait sa seule chance dejouer dans les majeures.
Aux prises avec une douleur au coude alors qu’il s’amenait au monticule avec les Astros, le 15 septembre 1971, Larry Yount n’a finalement effectué aucun lancer. Il n’aurait jamais cru que ce serait sa seule chance dejouer dans les majeures.

La gorgée de café de Larry Yount

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
On dit de joueurs comme les anciens des Expos Curtis Brown et Rick Engle qu’ils ont eu droit à une «tasse de café» dans les majeures puisqu’ils n’ont joué qu’un seul match en carrière dans les grandes ligues. Dans le cas du lanceur droitier Larry Yount, frère aîné du membre du Temple de la renommée du baseball Robin Yount, on pourrait plutôt parler d’une «gorgée de café», pour utiliser une métaphore semblable.