Le Soleil
«Pour un petit gars originaire de Joliette et qui jouait à Sorel, tu te rends compte que New York, c’est gros, c’est vraiment impressionnant», raconte l’ex-Rangers Lucien DeBlois.
«Pour un petit gars originaire de Joliette et qui jouait à Sorel, tu te rends compte que New York, c’est gros, c’est vraiment impressionnant», raconte l’ex-Rangers Lucien DeBlois.

Un Québécois à New York

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
À moins de recevoir une offre mirobolante, les Rangers de New York réclameront Alexis Lafrenière avec le tout premier choix du repêchage de la Ligue nationale de hockey, mardi. Il faut remonter loin dans le temps pour retrouver le dernier joueur québécois sélectionné le plus hâtivement par ce membre du groupe des six clubs originaux de la Ligue. Huitième choix de la première ronde en 1977, Lucien DeBlois n’a pas oublié ses premiers pas dans la Grosse Pomme, cette ville qui ne dort jamais.