Le Soleil
Pavel Lounguine revient sur un sujet particulièrement douloureux et sensible au pays de Poutine : l’échec de l’invasion de l’Afghanistan et le retrait des troupes après neuf ans d’occupation.
Pavel Lounguine revient sur un sujet particulièrement douloureux et sensible au pays de Poutine : l’échec de l’invasion de l’Afghanistan et le retrait des troupes après neuf ans d’occupation.

Quitter l’Afghanistan: Le Vietnam soviétique *** 1/2

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
CRITIQUE / Depuis le choc du formidable Taxi Blues, prix de la mise en scène à Cannes en 1990, Pavel Lounguine radiographie la Russie sans concession. Avec Quitter l’Afghanistan (Bratstvo), il revient sur un sujet particulièrement douloureux et sensible au pays de Poutine : l’échec de l’invasion de l’Afghanistan et le retrait des troupes après neuf ans d’occupation. Pas surprenant que dans sa contrée de hauts gradés l’aient accusé d’avoir réalisé une œuvre antipatriotique.