Le Soleil
Le modèle CN ne maximise pas le service aux usagers ni l’utilisation des chemins de fer. En cherchant à faire les meilleurs rendements, le CN laisse de côté des marchés un peu moins rentables, dont se satisferaient volontiers d’autres transporteurs ferroviaires, s’ils y avaient accès.
Le modèle CN ne maximise pas le service aux usagers ni l’utilisation des chemins de fer. En cherchant à faire les meilleurs rendements, le CN laisse de côté des marchés un peu moins rentables, dont se satisferaient volontiers d’autres transporteurs ferroviaires, s’ils y avaient accès.

Une privatisation intelligente du CN aurait évité bien des ennuis

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
BILLET DES RÉGIONS / La grève au Canadien National aurait pu avoir un impact significativement moins élevé si la privatisation de cette société ferroviaire avait été réalisée intelligemment en 1995, ou si le gouvernement fédéral avait simplement décidé de garder le transporteur dans son giron.