Le Soleil
Il est injustifiable que la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur s’opère en parallèle à une détérioration des conditions d’exercice et que les personnels des établissements soient soumis à une précarité devenue endémique. L’érosion des conditions de travail que l’on constate doit être dénoncée et combattue.
Il est injustifiable que la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur s’opère en parallèle à une détérioration des conditions d’exercice et que les personnels des établissements soient soumis à une précarité devenue endémique. L’érosion des conditions de travail que l’on constate doit être dénoncée et combattue.

Universités: le fédéral doit en faire plus!

Vincent Beaucher
Vincent Beaucher
Président, Fédération de la recherche et de l’enseignement universitaire du Québec (FREUQ-CSQ)
POINT DE VUE / Le niveau des transferts fédéraux pour l’enseignement supérieur stagne depuis maintenant près de 20 ans. En 2018-2019, le gouvernement canadien y a consacré l’équivalent de 0,19 % du PIB. Il s’agit d’une contribution anémique, 60 % inférieure à ce qu’elle était au milieu des années 80.