Le Soleil
Un nombre croissant de recherches suggèrent que les jeux vidéo ne sont plus l'apanage de jeunes dépendants enfermés dans leur sous-sol pendant des jours, comme on le croyait depuis des décennies, mais plutôt un passe-temps pratiqué, plus ou moins fréquemment, par une majorité de Canadiens bien ordinaires.
Un nombre croissant de recherches suggèrent que les jeux vidéo ne sont plus l'apanage de jeunes dépendants enfermés dans leur sous-sol pendant des jours, comme on le croyait depuis des décennies, mais plutôt un passe-temps pratiqué, plus ou moins fréquemment, par une majorité de Canadiens bien ordinaires.

Crimes violents et jeux vidéo: une relation douteuse de cause à effet

Michelle McQuigge
La Presse Canadienne
TORONTO — Une récente série de crimes très médiatisés au Canada qui auraient été perpétrés par de jeunes hommes adeptes des jeux vidéo poussent les spécialistes à mettre en garde contre tout amalgame simpliste.