Le Soleil
Le syndrome des portes tournantes, l’ambulancier Jean-François Gagné en est témoin depuis 15 ans, lui qui doit régulièrement conduire à l’urgence des patients aux prises avec des problèmes psychiatriques. Selon lui, 80 % des appels de fin de soirée ou de nuit sont pour des cas de santé mentale ou d’intoxication (ou les deux).
Le syndrome des portes tournantes, l’ambulancier Jean-François Gagné en est témoin depuis 15 ans, lui qui doit régulièrement conduire à l’urgence des patients aux prises avec des problèmes psychiatriques. Selon lui, 80 % des appels de fin de soirée ou de nuit sont pour des cas de santé mentale ou d’intoxication (ou les deux).

Au tour d’un ambulancier de dénoncer le syndrome des «portes tournantes» en psychiatrie

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
L’ambulancier Jean-François Gagné joint sa voix à celle du policier Yannick Campagna pour dénoncer le syndrome des «portes tournantes» en psychiatrie à Québec. Au ministère de la Santé, on se dit préoccupé par la situation de l’accès aux services de santé mentale au Québec, et particulièrement dans la capitale. Le ministère vient d’ailleurs de nommer un nouveau directeur national de la santé mentale et de la psychiatrie légale qui aura le mandat de revoir cet accès.