Le Soleil
Claire Foy est très charismatique en Lisbeth Salander, mais le scénario en fait une James Bond féminine, plus habile à tuer les méchants et à faire d’incroyables cascades qu’à se servir de son arme la plus redoutable: son intelligence.
Claire Foy est très charismatique en Lisbeth Salander, mais le scénario en fait une James Bond féminine, plus habile à tuer les méchants et à faire d’incroyables cascades qu’à se servir de son arme la plus redoutable: son intelligence.

«Millénium: ce qui ne me tue pas», une pâle copie hollywoodienne **

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
CRITIQUE / En 2009, Niels Arden Oplev a amorcé l’excellente adaptation suédoise de la trilogie des «Millénium» de Stieg Larsson. Évidemment, Hollywood a voulu sa propre version, qu’on a d’abord confiée à David Fincher — c’était plutôt réussi, mais trop proche de l’essence du premier tome. Le tout s’est arrêté là. Jusqu’à ce qu’on redémarre la franchise à zéro avec Ce qui ne me tue pas, une pâle copie hollywoodienne qui mise sur le sensationnalisme plutôt que la substance.