Le Soleil
«Je n’aime pas suivre les courants, j’aime m’en inspirer, mais ne jamais rentrer à pieds joints dedans. J’essaie de poser ma propre facture sonore, qui est beaucoup teintée de guitares, de rock psychédélique et de westerns spaghetti», confie Millimetrik.
«Je n’aime pas suivre les courants, j’aime m’en inspirer, mais ne jamais rentrer à pieds joints dedans. J’essaie de poser ma propre facture sonore, qui est beaucoup teintée de guitares, de rock psychédélique et de westerns spaghetti», confie Millimetrik.

Les routes lumineuses de Millimetrik

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Vétéran de la scène électro d’ici, Pascal Asselin, alias Millimetrik, lance ce vendredi un neuvième album en 15 ans. Marqué par des collaborations avec Les Deuxluxes, Gaspard Eden (Joey Proteau) et Little Miss Roy (Kathleen Roy de Blaze Velluto Collection), «Make it Last Forever» l’est encore davantage par une volonté de son compositeur de se redéfinir sous des cieux plus lumineux, après une période d’ombre et d’épuisement. Discussion avec un musicien ­voyageur qui a trouvé l’inspiration sur les routes du Nevada.