Le Soleil
Le mouvement syndical québécois se prépare en vue des élections du 1er octobre, car il craint d'avoir une influence limitée sur le gouvernement québécois pendant quatre années supplémentaires.
Le mouvement syndical québécois se prépare en vue des élections du 1er octobre, car il craint d'avoir une influence limitée sur le gouvernement québécois pendant quatre années supplémentaires.

Les syndicats espèrent ralentir les partis «anti-travailleurs»

Giuseppe Valiente
La Presse Canadienne
Le mouvement syndical québécois se prépare en vue des élections du 1er octobre, car il craint d'avoir une influence limitée sur le gouvernement québécois pendant quatre années supplémentaires.