Le Soleil
En moyenne, sur 12 mois, les femmes qui gagnent leur vie dans des bars érotiques subissent cinq gestes de violence physique mineure et 2,4 gestes de violence physique sévère (coup de poing, violence armée). Elles disent subir des épisodes de violence psychologique plus fréquemment et des actes de violence sexuelle moins souvent.
En moyenne, sur 12 mois, les femmes qui gagnent leur vie dans des bars érotiques subissent cinq gestes de violence physique mineure et 2,4 gestes de violence physique sévère (coup de poing, violence armée). Elles disent subir des épisodes de violence psychologique plus fréquemment et des actes de violence sexuelle moins souvent.

Taux alarmant de violence conjugale chez les danseuses érotiques

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
SAGUENAY — Les femmes qui gagnent leur vie dans des bars érotiques vivent des situations de violence conjugale dans des proportions inquiétantes, selon une étude qui a été présentée jeudi matin au congrès de l’ACFAS. Pas moins de 38 % disent avoir subi de la violence physique de la part de leur conjoint au cours de la dernière année, 34 % ont vécu des violences sexuelles et le taux monte à 86 % pour la violence psychologique. Fait étonnant, elles sont encore plus nombreuses à se dire elles-mêmes violentes envers leur partenaire.