Le Soleil
La situation financière de Taxi Fortin ne lui permet pas d’entamer une bataille avec Keolis, affirme son propriétaire Denis Fortin, qui est aussi le maire de Cloridorme.
La situation financière de Taxi Fortin ne lui permet pas d’entamer une bataille avec Keolis, affirme son propriétaire Denis Fortin, qui est aussi le maire de Cloridorme.

La fin d'un taxi bien spécial

Geneviève Gélinas
Geneviève Gélinas
Le Soleil
CLORIDORME — «On allait porter les gens à leur porte, on montait leur valise au troisième étage et on la déposait sur le lit. C’était du service!» lance Denis Fortin, propriétaire de Taxi Fortin. Ce service de taxi interurbain unique au Québec, qui faisait la navette entre la Gaspésie, Québec et Montréal, ferme ses portes. L’entreprise de quatre employés, basée à Cloridorme, ne veut pas affronter la multinationale Keolis, qui l’accuse de ne pas respecter son territoire.