Le Soleil
Selon l’auteur de cette lettre d’opinion, homme ou femme, nous sommes tous victimes par association de la violence insensée perpétrée par des individus qui abusent de leur pouvoir, quel qu’il soit.
Selon l’auteur de cette lettre d’opinion, homme ou femme, nous sommes tous victimes par association de la violence insensée perpétrée par des individus qui abusent de leur pouvoir, quel qu’il soit.

Se libérer de la culpabilisation par association

Point de vue
Point de vue
Le Soleil
Je suis le frère d’Annie St-Arneault, l’une des victimes de la tragédie de la Polytechnique de Montréal du 6 décembre 1989. Cet évènement a non seulement changé ma vie, mais il s’est aussi inscrit dans l’imaginaire collectif des Québécois d’une manière indélébile, un peu comme un traumatisme collectif.