Le Soleil
La supression de postes chez Frima survient à peine une dizaine de jours après qu'une autre entreprise de jeux vidéo de la capitale - Beenox - eut annoncé la fermeture de son unité de tests de jeux et la mise à pied, du même coup, d'une trentaine d'employés.
La supression de postes chez Frima survient à peine une dizaine de jours après qu'une autre entreprise de jeux vidéo de la capitale - Beenox - eut annoncé la fermeture de son unité de tests de jeux et la mise à pied, du même coup, d'une trentaine d'employés.

Frima coupe une soixantaine de postes

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Le Soleil
Le studio de divertissement Frima licencie une quarantaine d'employés à Québec et met la clé sous la porte de son bureau à Montréal qui faisait travailler une douzaine de personnes.