Le Soleil
«L'accueil, ça ne s'arrêtera pas après le 30 janvier. Les villes veulent être soutenues avant, pendant et après. Les maires veulent s'assurer qu'ils ne se ramasseront pas pris avec tout le travail», a tranché la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy.
«L'accueil, ça ne s'arrêtera pas après le 30 janvier. Les villes veulent être soutenues avant, pendant et après. Les maires veulent s'assurer qu'ils ne se ramasseront pas pris avec tout le travail», a tranché la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy.

Réfugiés: les villes du Québec veulent être dans le coup

Valérie Gaudreau
Valérie Gaudreau
Rédactrice en chef
Les maires des villes québécoises qui recevront des réfugiés syriens veulent avoir l'heure juste d'Ottawa et de Québec. Et surtout s'assurer d'être soutenue pour tout le boulot d'intégration à faire dans les prochaines années.