Le Soleil
Devant plusieurs centaines de personnes réunies au PEPS de l'Université Laval, jeudi soir, Roméo Dallaire a livré son dernier discours à vie sur les atrocités qu'il a vues et vécues dans ce pays d'Afrique sans avoir les moyens nécessaires pour les éviter.
Devant plusieurs centaines de personnes réunies au PEPS de l'Université Laval, jeudi soir, Roméo Dallaire a livré son dernier discours à vie sur les atrocités qu'il a vues et vécues dans ce pays d'Afrique sans avoir les moyens nécessaires pour les éviter.

Roméo Dallaire: du «sang sur les mains de toute l'humanité»

Annie Mathieu
Annie Mathieu
Le Soleil
Vingt ans après le génocide rwandais qui a coûté la vie à plus de 800 000 civils, le général à la retraite Roméo Dallaire est désormais convaincu que ce sont des extrémistes hutus qui ont abattu l'avion présidentiel le soir du 6 avril 1994, l'événement qui a déclenché les massacres. Il est aussi persuadé que le drame aurait pu être évité et que les grandes puissances comme le Canada ont le devoir d'éviter que le scénario se répète comme c'est le cas présentement en Centrafrique.