Le Soleil
Selon la résidente Carol Kerr, l'initiatrice d'une pétition déposée à la Ville de Gatineau les animaleries vendent généralement des animaux issus d'éleveurs mal intentionnés qui opèrent des «usines à chiots ou à chatons».
Selon la résidente Carol Kerr, l'initiatrice d'une pétition déposée à la Ville de Gatineau les animaleries vendent généralement des animaux issus d'éleveurs mal intentionnés qui opèrent des «usines à chiots ou à chatons».

Zones grises au rayon de Pitou et Minou

Valérie Gaudreau
Valérie Gaudreau
Rédactrice en chef
Interdire la vente de chiens et de chats dans les animaleries est-elle la solution pour contrer la surpopulation de pitous et de minous à Québec? Oui, croit une jeune femme qui a fait la manchette cette semaine avec une pétition de 4500 noms qui a été bien reçue par le maire Régis Labeaume. Non, réplique pour sa part le propriétaire d'Animalerie Dyno selon qui «on se trompe de cible». Et, entre les deux, la Ville de Québec mène présentement une vaste réflexion sur le sort des bêtes à quatre pattes sur son territoire.