Le Soleil
Lorsqu'ils ont affaire aux employés fédéraux travaillant sur les brise-glaces canadiens, les pilotes du Saint-Laurent jugent que les échanges doivent avoir lieu dans la langue de Molière.
Lorsqu'ils ont affaire aux employés fédéraux travaillant sur les brise-glaces canadiens, les pilotes du Saint-Laurent jugent que les échanges doivent avoir lieu dans la langue de Molière.

La Garde côtière défend l'efficacité des brise-glaces

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil
Le nombre et l'âge des brise-glaces ne sont pas à blâmer pour le déglaçage laborieux de la voie navigable du Saint-Laurent cet hiver, estime la Garde côtière canadienne.