Le Soleil
Malgré une motion adoptée par une majorité de députés, les déboires et les critiques enregistrés depuis l'annonce de la création de cette commission sur le «printemps érable», la première ministre Pauline Marois n'a pas l'intention de reculer.
Malgré une motion adoptée par une majorité de députés, les déboires et les critiques enregistrés depuis l'annonce de la création de cette commission sur le «printemps érable», la première ministre Pauline Marois n'a pas l'intention de reculer.

La crise du printemps 2012 «mérite un examen», réitère Marois

Jean-Marc Salvet
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Le gouvernement Marois ne renoncera pas à instituer sa commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012. Peu importe l'adoption, par une majorité de députés de l'Assemblée nationale, d'une motion l'enjoignant à passer à autre chose.